Page d'accueil > Actualités

Actualités

Pérou : Lettre de l'Association des femmes de Pamparomás adressée à ADG

[11-02-2015]

Voici une lettre reçue il y a quelques semaines de la part de femmes péruviennes travaillant au sein de l'Association de Pamparomás.

Nous écrivons cette lettre pour remercier, de la part de nos fils et de nos époux, l'institution qui nous a donné l'opportunité de nous apprécier à nous mêmes, et de découvrir en nous des talents inattendus.

C'était en 2005 quand l’Assemblée de Développement du District de Pamparomás, financée et appuyée par ADG, a organisé un concours pour des petits groupes de paysans qui veulent travailler dans quelques activités, telles que l’élevage de cochons d’Inde ou l’artisanat textile et l’habillement de vêtements et de “polleras” (1). C’était une toute bonne opportunité de concourir; notre groupe de femmes était choisi entre un grand nombre de groupes, et nous avons gagné 700.00 Nuevos Soles (2) avec lesquels nous avons acheté les matériaux pour commencer notre  ravail d’artisanat textile. C’était à ce moment là que nous avons fait connaissance avec Monsieur Pierre.


Nous, les femmes, avons confectionné des textiles à vendre dans les foires; même s’ils n’étaient pas très bons, nous avons appris et des fois nous les vendons. Nous avons avancé dans ce métier peu à peu et côte à côte, même si quelques femmes ont dû abandonner parce que leurs époux n’arrivent pas à comprendre pourquoi nous ne restons plus à la maison; ce n’est pas l’habitude dans notre village, la femme doit se trouver à la maison ou dans la ferme avec les animaux quand son époux arrive.

À travers des formations qui abordaient l’estime de soi et les droits des femmes et des enfants, c’est que nous avons appris à nous apprécier et ceci nous a beaucoup aidé. Maintenant nous avons réussi à surmonter cet obstacle, notre époux est arrivé à comprendre, et quand nous amenons de l’argent à la maison ils sont heureux. Si nos copines étaient restées avec nous dans ce projet, nous serions beaucoup plus fortes.

Nous faisons le ménage et toutes les activités de la maison, puis nous aidons dans la ferme en l'élevage des animaux, et nous nous donnons du temps pour travailler dans l’atelier de couture, en nous réunissant deux fois par semaine et même tous les jours si nous avons de commande.

pérou, agroécologie, souveraineté alimentaire, adg, sécurité alimentaire

En 2006, avec l’aide d’ADG, mademoiselle Marita Pareja nous a guidé à la
postulation d’un projet d’artisanat pour la Coopération Belge et nous avons gagné ce concours. Avec ce projet nous avons appris à faire des teints écologiques en utilisant des plantes tinctoriales de notre village , et nous avons acheté beaucoup des matériaux utiles pour continuer avec notre travail. Même si nous n’en vendons pas trop, ceci nous aide à acheter les fournitures scolaires ou à payer une partie des frais de l’école de nos fils. Maintenant notre époux rien dit, il s’est habitué a nous voir en rassemblement.

(1) Des longues jupes traditionnelles
(2) Ce qui aujourd’hui fait un peu moins de 200 Euros

Lire la suite de la lettre