Page d'accueil > Actualités

Actualités

LE FONIO : une céréale ancienne et agroécologique à haute valeur ajoutée

[26-01-2016]

Le fonio (Digitaria exilis) est la plus ancienne céréale cultivée en Afrique de l’Ouest. Dans plusieurs pays, il fait partie de nombreuses préparations culinaires: couscous, bouillie, soupe, boulettes, beignets, pain, etc.

Au Nord du Bénin comme au Sud du Sénégal, le fonio a été pendant longtemps une culture vivrière très importante. Sa production a progressivement décliné, notamment en raison de la pénibilité de sa production et de sa transformation. Toutefois, l’importance culturelle du fonio lui a permis de perdurer.

UN MOYEN DE VALORISER LES SOLS PAUVRES

Le fonio est une culture particulièrement adaptée aux sols pauvres, dégradés et pierreux du Nord Bénin, mais aussi aux pluviométries variables. Il a le grand avantage de ne pas nécessiter d'intrants. Ses sous­ produits peuvent être valorisés : la paille peut être laissée au champ pour enrichir le sol, ou utilisée dans les matelas, ou encore comme liant dans les briques de terre tandis que le son est valorisé comme aliment pour le bétail. Le fonio est une culture importante dans le cycle de sécurité alimentaire à Boukoumbé. En effet, le fonio et l'igname sont les cultures qui mettent fin à la période de soudure.

Le fonio peut déjà être récolté en septembre-­octobre et l’igname au mois d’août.

DES ATOUTS NUTRITIONNELS IMPORTANTS

La valeur nutritionnelle du fonio est excellente. Comparé aux autres céréales, il contient plus de glucides (84 %), moins de lipides (4 %) et moins de protéines (10 %), ce qui en fait un aliment idéal pour les diabétiques. Plus riche que les autres céréales en calcium, magnésium, zinc et manganèse, il contient également deux fois plus d’acides aminés et notamment une grande quantité de méthionine et de cystine. Ces derniers ne sont pas synthétisés par notre organisme mais sont pourtant indispensables à la croissance et à l’équilibre de l’organisme humain.

C’est aussi un aliment facile à digérer et sans gluten. Le fonio est donc une culture avec un potentiel important pour renforcer la souveraineté alimentaire dans les zones d’intervention et plus particulièrement celles touchées par l’insécurité alimentaire.

LE PROJET FODIBO (FONIO DIALACOTO BOUKOUMBE)

Les conditions de vie dans la commune de Dialacoto (Sénégal) et de Boukombé (Bénin) sont rendues difficiles par plusieurs facteurs : le manque d’infrastructures, l’absence d’eau courante et d’électricité, les contraintes agricoles (dégradation des sols et difficulté d’accès aux intrants et aux équipements) et les ruptures périodiques d’approvisionnement alimentaire. ADG soutient des organisations locales qui encouragent la relance de la production et de la transformation du fonio à travers le projet FoDiBo, première intervention d’ADG au Bénin. Le projet vise à renforcer la souveraineté alimentaire dans les communes de Boukombé (au Bénin) et de Dialacoto (Sénégal) grâce au développement de la filière fonio comme source de revenus et d’aliments adaptés aux habitudes culturelles des familles paysannes.

ADG s’appuie sur l’expertise de deux partenaires locaux pour la mise en œuvre du projet. Au Bénin, A2PF (Association des Professionnels et Promoteurs du Fonio) est le principal acteur de la promotion du fonio et particulièrement dans le département de l’Atakora, qui est le berceau de cette culture. Leur objectif : développer une filière fonio dynamique assurant des revenus décents et une alimentation nutritive pour les familles de la région. Pour ce faire, il est nécessaire de fédérer les différents acteurs de la filière (producteurs, transformateurs, commerçants, structures d’appui).

Au Sénégal, l’Organisation pour la Promotion du Développement Autonome de Dialacoto (OPDAD) s'active depuis sa création pour le renforcement des capacités et l'autonomisation des populations de Dialacoto.