Page d'accueil > Actualités

Actualités

“Terre Saine et Souveraine” : séminaire organisé à Yungar, Ancash.

[14-09-2017]

Informatif, passionnant, interactif, surprenant, intense, émouvant…, ces quelques mots ne suffisent sans doute pas pour exprimer le ressenti après ces deux journées de rencontre et d’échange le 7 et 8 septembre, entre la centaine de représentant-e-s de diverses institutions : associations de producteurs-rices agroécologiques en majorité, ONG péruviennes et internationales[1], ministères et institutions publiques (agriculture, éducation, environnement).

Ils et elles sont arrivé-e-s de Pamparomás, de Carhuaz, de Huaraz, d’Aija, de Huánuco ou de Lima : une cinquantaine de promoteurs-rices spécialisé-e-s en agroécologie, dignes représentant-e-s d’un mouvement agroécologique « ancashino » en développement, venu-e-s présenter leurs expériences dans le cadre du projet Terre Saine et Souveraine, qui célébrait sa dernière activité officielle ; pour les écouter et partager des informations pas toujours accessibles sur le terrain, des artisans spécialistes des contextes régionaux et nationaux ayant une influence sur l’agriculture andine ; et pour mettre la cerise sur le gâteau, des enseignantes hyper motivées en ces temps incertains pour l’éducation publique au Pérou[2].

Je dois avouer que j’ai été ému plusieurs fois en écoutant ces mal nommés bénéficiaires, que je préfère appeler collègues. Ils et elles m’ont ému, quand Luis, Alejandro, Jorge, Pamela, Diana, Félimon ou Tomas présentaient avec humilité et passion leurs expériences, quand les enfants s’enthousiasmaient en apprenant dans leur potager, quand le visage et les mots de Moisés[3] sur vidéo engendraient commentaires, silence et respect, quand l’inquiétude d’un départ des institutions d’appui fronçait les sourcils des plus convaincus…

Leurs résultats sont impressionnants[4] : parcelles agroécologiques, transformation de produits, capacités didactiques, pédagogie du potager, recettes alimentaires, petits entreprenariats, marchés locaux… tant d’interactions de la terre à la table, le tout dans un esprit de respect de celles-ci et de l’environnement qui nous englobe.

Les apports des partenaires et d’autres institutions ont agrémenté ce plat de résistance : Alfredo, Rosario, Fernando, Laureano, Walter(s) et Éric n’ont pas lésiné sur les condiments en apportant les ingrédients nécessaires à une meilleure compréhension du contexte, une analyse nuancée des résultats, la définition de propositions d’actions futures et une dynamique impeccable pour un public aussi divers et nombreux. Et je ne peux que remercier Nino, Leticia, Marelys et Oscar qui ont permis le bon déroulement de l’événement, sans faire de bruit.

Enfin, je tiens à féliciter toutes les institutions partenaires, ANPE PERU, DIACONIA et la JDDP en particulier, et leurs équipes techniques présentes sur le terrain au quotidien, principaux artisans de cette réussite ; et remercier ADG, la Coopération Belge au Développement, Heifer Project International, Svenska Kyrkan, la Fondation Michelham et les clubs Soroptimist pour leur appui financier.

Face à toute cette effervescence, il ne restait qu’une phrase à prononcer : « Terre Saine et Souveraine s’en va ; Interagissant avec des Territoires Vivants[5] arrive » … ; et les sourires s’en suivirent…

Pierre Rouschop, Coordinateur ADG pour la zone andine

[1] Notons en particulier, en plus des partenaires cités dans l’article : Allpa, CEPES, Consorcio Agroecológico del Perú, Forum Solidaridad, IDMA, Arbol de la Vida, Heifer Perú, Iles de Paix, SUCO.

[2] Les enseignants péruviens sortent d’une longue grève, d’environ deux mois et demi. Nombreux d’entre eux manifestaient encore le vendredi 8 septembre. Bien qu’une bonne partie de leur demande ait été prise en compte, la crise de l’enseignement public reste un grand défi pour le Pérou dans les années à venir.

[3]Moisés Reyes León, promoteur et ex-président de l’association de producteurs agroécologiques d’Aija, décédé suite à un accident de travail en 2016. Trois autres promoteurs sont décédés durant ces 3 années de projet.

[4] Lire le document de présentation et d’analyse détaillées des résultats.

[5]Interagissant avec des Territoires Vivants est le nouveau programme d’ADG et ses partenaires en Bolivie et au Pérou, cofinancé par la Coopération Belge au Développement pour la période 2017-2021. Au Pérou, pour ADG, 2017 est une période de transition, les deux programmes s’entrecroisant. Pour les collègues, cet événement a permis d’en construire la jonction.