Page d'accueil > Qui sommes-nous? > 

Publications

Cette page présente les publications les plus récentes. Vous pouvez les retrouver ainsi que les publications plus anciennes dans notre bibliothèque virtuelle en cliquant sur le lien à droite de l’écran.

Cultivons le futur! n°41 - Semences paysannes: à la racine de notre souveraineté alimentaire

[01-12-2016]

Edito par Sarah Detournay
Chargée de communication et d'éducation citoyenne chez ADG

LE VIVANT N'A PAS DE PRIX

Depuis la nuit des temps les semences occupent une place prépondérante dans le maintien et le développement des espèces, de la biodiversité.
Fondements de notre alimentation, elles sont au coeur de la lutte pour la souveraineté alimentaire des populations.
Aujourd’hui, le constat est sans appel : la biodiversité s’érode dramatiquement, et les paysans sont de plus en plus dépossédés de leurs semences et de leurs connaissances face à des multinationales qui détiennent la quasi-totalité du marché mondial des semences.
L’objectif de celles-ci : contrôler l’ensemble de fière agro-alimentaire en s’appuyant sur l’accaparement du vivant.

Les droits des paysan-ne-s d’utiliser leurs semences, de les reproduire, de les multiplier, de les échanger, de les vendre, sont menacés par des cadres
normatifs très strictes (catalogue des semences, brevets…), imposés par des entreprises qui poursuivent des intérêts privés.


SEMER LA RÉSISTANCE
Des agriculteurs et agricultrices, des organisations paysannes et des acteur-trice-s de la société civile travaillent ensemble pour renforcer l’autonomie semencière afin de protéger les variétés paysannes diversifiées et adaptées aux contextes et aux terroirs.

Près de 70 % de notre nourriture dépend aujourd’hui de ces graines transmises à travers les siècles par des générations de paysan-ne-s. Dans ce numéro de « Cultivons le futur ! », consacré à l’autonomie semencière, vous découvrirez les enjeux et les luttes qui entourent ces petites graines, socles de l’alimentation et de la vie. Au Sud, comme au Nord, la résistance paysanne et citoyenne s’organise. Comme au Cambodge, où de nouvelles variétés de riz parfumé d’origine paysanne ont vu le jour. Au Sénégal, des organisations paysannes renforcent les capacités des petit-e-s agriculteur-trice-s en matière de sélection, de reproduction et d’utilisation de semences adaptées à leur ferme.

Vous l’aurez compris, impossible d’atteindre une autonomie alimentaire si on n’a pas d’autonomie semencière. Les deux sont intimement liées. Les
semences sont le premier maillon de la chaîne alimentaire. Elles sont donc primordiales et indispensables pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire des populations ici et ailleurs.

Bonne lecture à toutes et tous !